La Respiration pendant le Travail et l’Accouchement

Respirer vous permet d’apporter de l’Oxygène à vos muscles et par conséquent, aider votre corps à bien gérer les contractions. Quand l’utérus continue à travailler en manque d’oxygène, il y a des déchets (Acide lactique) qui s’accumulent dans les muscles utérins et accroissent la sensation de douleur.

Respirer vous aide aussi à apporter de l’Oxygène à votre bébé, il en a besoin pour pouvoir assurer son rôle durant l’accouchement. Généralement, nous avons tendance à retenir notre respiration quand nous avons mal ou si nous avons peur. Une telle réaction peut entraver le processus naturel de l’accouchement et même, des fois, fatiguer le bébé par manque d’oxygène.

C’est pour cette raison que bien respirer est essentiel durant le travail et l’accouchement. La respiration nous aide à nous relâcher. Et la relaxation est un des meilleurs moyens pour gérer les défis du travail et de l’accouchement.

Vous n’avez pas besoin de choisir une technique spécifique de respiration. Il n’y a pas « la » façon de respirer à ne pas rater. Cependant, durant votre grossesse, vous pouvez explorer et vous entrainer si vous voulez. Le jour J, vous allez trouvez votre propre rythme, et l’entrainement que vous avez fait vous aidera peut-être à adapter les « techniques respiratoires » à votre expérience.

Respirer spontanément, gémir, soupirer, faire des sons à glotte ouverte… peuvent aider à soulager les tensions. Rappelez vous aussi de relâcher la nuque et les épaules avec chaque expiration. Cela vous évite de créer des zones de tension et de douleur supplémentaires.

Ci-dessous, vous allez trouver différentes “techniques” de respiration, essayez-les si vous voulez pour voir celles qui vous paraissent le mieux adapté à votre corps:

  • The cleansing/ relaxation” breath (souffle nettoyant): c’est une bonne inspiration, profonde, suivie d’une expiration prolongée, que la maman effectue au début de chaque contraction. C’est un signal pour les personnes qui l’entoure que la contraction a commencé, c’est aussi un apport d’un bol d’oxygène aux muscles utérins et au bébé et un bon moyen de relâcher les tensions. La maman peut aussi en faire un autre pour signaler la fin de la contraction à son entourage et mieux se détendre.
  • La respiration abdominale lente:
    1. La contraction commence

    2. Prenez un “cleansing breath”

    3. Commencez à respirer lentement: inspirez par le nez, laissez votre ventre se détendre, après votre thorax. Expirez lentement. 6 à 9 respirations par minute.

    4. La contraction finit

    5. Prenez un 2eme “souffle nettoyant”

© The Family Way Publications, Inc.

  • La respiration rythmée: souvenez vous de toujours inspirer ET expirer.
    1. La contraction commence

    2. Prenez un “souffle nettoyant”

    3. Respirez selon un rythme; par exemple Hee-Hee-Hee-Hoo. Inspirez par le nez, expirez par la bouche avec le son Hee, 3 fois de suite et la 4eme fois, inspirez et expirez plus tongtemps avec le son Hoo. Cette respiration est plus superficielle et plus rapide, et demande de l’entrainement. Vous pouvez meme vous entrainez avec votre partenaire pour vous coacher avec des signes de sa main.

    4. La contraction finit

    5. Un 2eme “souffle nettoyant”

© The Family Way Publications, Inc.

Essayez d’apprendre à respirer pendant une minute, c’est la durée moyenne d’une contraction (entre 45 et 90 secondes). Comme je l’ai mentionné plus haut, le jour J vous allez trouver votre rythme. Ce qui suit sont des orientations pour quand utiliser les différentes techniques, mais n’oubliez pas que vous êtes la personne la mieux placée pour juger. Généralement, durant la phase de latence (début du travail), vous n’aurez pas besoin de changer votre rythme respiratoire. Commencez à utiliser ces différentes techniques quand vous n’arrivez plus à parler ou à marcher durant les contractions. Commencez par les rythmes simples et basiques. Adaptez par la suite. Réservez la respiration rythmée et superficielle pour la phase active et la phase de transition.

Respirer lors de l’accouchement/ des poussées:

    • La poussée expirée: inspirez profondément, puis poussez doucement avec vos muscles abdominaux tout en expirant. Visualisez votre bébé qui descend petit à petit. Gémir ou faire des sons lors de l’expiration peut vous aider. Continuez ce rythme durant toute la contraction.

 

    • Poussée à glotte fermée: quand vous ressentez le besoin de pousser durant une contraction, inspirez, retenez votre souffle et poussez pendant 5-7 secondes. Inspirez, expirez et répétez jusqu’à ce que le besoin disparait.

    • “Purple pushing” ou “la poussée dirigée longue” où le personnel medical demande à la maman de retenir son souffle et de pousser le plus longtemps possible n’est plus recommandée car cette méthode peut causer une diminution de l’oxygène chez le bébé.

Il n’y a pas vraiment une « bonne réponse » à la question « comment je dois respirer? ». Respirer ne s’apprend pas réellement, on peut explorer des rythmes, mais chacune de vous, de nous…trouvera son rythme unique lors de l’accouchement et savoir se laisser aller avec ce rythme, savoir écouter ce que votre corps essaie de vous dire…est la meilleure façon de rester connectée à votre accouchement…

Fatma Safi pour l’ATEP

Références:

    • Pregnancy, Childbirth, and the Newborn by Penny Simkin, April Bolding, Ann Keppler , Janelle Durham and Janet Whalley.

 

 

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *